mercredi 10 janvier 2018

Vivre : la traversée de l'hiver / 17




Durant trois mois, arrivant à la gare de G., je montais dans le bus numéro 31, dont la ligne parcourait la moitié de la ville avant de parvenir à ce déplorable hôpital perdu dans la nature. Voici qu’à présent je bifurque directement à gauche, dans une rue animée où se trouve l’établissement appelé « résidence ».

L’accompagnement vers la fin, c’est un peu comme un accouchement à l’envers. Un travail s’accomplit, dans la douleur, avec sollicitude, avec fatigue aussi. C’est un travail exténuant, non dénué d’exaspération et de désespoir, ponctué de brèves pauses, pour reprendre son souffle. Contrairement à l’accouchement, on n’a rien choisi. On ne se réjouit pas des perspectives. On n’entrevoit pas les étapes à venir avec joie et fierté.

Parmi tous les lieux communs entendus durant cette période : Une mère, on n’en a qu’une seule. Vous serez contente de l’avoir fait. Ses sautes d’humeur, il faut la comprendre, c'est la démence, ce n'est pas elle. C'est bien, ce que vous faites pour elle.

Les il faut, les c’est comme ça ont toujours eu le don de me faire sortir de mes gongs. Il n'y a rien d'empathique ou de compassionnel dans les phrases toutes faites. Elles ont tout de même un immense avantage : la tristesse se muant en rage, je récupère des énergies dont j'ai le plus grand besoin. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire